Gendarmerie de Vitry-Le-François.

Maître d’ouvrage, le Foyer rémois et son délégataire pour la maîtrise d’appel d’offres, la Société d’économie mixte châlonnaise (Semcha) ont arrêté leur choix début janvier 2015 et désigné le groupement mené par Demathieu Bard et l’Agence Champagne Picardie en collaboration avec l'architecte Michel GRZESZCZAK, lauréats du concours d’architecte pour la construction de la caserne pavillonnaire de Vitry le François.

  •   70 logements, du F2 au F6.

La future caserne regroupera les services de la compagnie de gendarmerie, la brigade de recherche, la brigade territoriale autonome et les motocyclistes de la brigade motorisée, soit 81 personnes au total.Derrière les locaux de service, un peu en retrait, seront édifiés 70 logements. Les deux tiers seront constitués de pavillons allant du F4 au F6, et le tiers restant, de petits immeubles collectifs, composés d’appartements de type F2 ou F3.

La gendarmerie a devancé les évolutions de ses effectifs, à la hausse comme à la baisse, en prévoyant de pouvoir rétrocéder des logements au bailleur social ou, au contraire, d’acquérir de nouveaux logements inoccupés à proximité de son enceinte. Financée par le Foyer Rémois sur ses fonds propres puis louée à la gendarmerie, la caserne mobilisera une enveloppe financière de 12 millions d’euros pour sa construction. La déconstruction des bâtiments existants devrait durer jusqu’à la fin du mois de décembre 2015 et la construction proprement dite devrait débuter début 2016.

À terme, les gendarmes vitryats disposeront de locaux de service plus conformes aux standards établis par le ministère de l’Intérieur, et permettant de meilleures conditions d’exercice et d’accueil. Par ailleurs, la disposition des locaux garantira aux victimes la possibilité de déposer plainte en toute confidentialité.